Bonjour

Bonjour
B I E N V E N U E

La Salorge des Artisans du Sel

La Salorge des Artisans du Sel
J’ai visité la Salorge des Artisans du Sel, c’est bien, la boutique est agréable et judicieusement aménagée, elle est spacieuse et accueillante, puis on y trouve du sel à gogo avec de nombreux sujets pour l’accompagner, sans oublier le panier typique des marais salants.Une visite s'impose, elle est située ZA " La Métairie de la Lande " 22 rue des Salamandres, à 44350 GUERANDE, tout simplement.

Lézard vert des Marais Salants de la Presqu'île Guérandaise.

Lézard vert des Marais Salants de la Presqu'île Guérandaise.
Depuis quelques années, je le traquais dans les Marais Salants de la Presqu'île Guérandaise, aujourd'hui, je l'ai déniché par hasard, comme on dit : " le hasard fait bien les choses ". Ce spécimen ne fait que 20 cm de longueur environ. Je pense que c'est un juvénile, car l'adulte fait entre 30 et 40 cm de longueur.

Météo NANTES, Pays de Loire, France

Météo ORAN -Algérie

Médaillon insolite

Médaillon insolite
trouvé dans les sédiments, au mois de Février 2011, au cours de travaux d'entretien des marais salants à Roffiat.De 6, 08 cm de diamètre, il comporte des points d'agrafe aux quatre coins cardinaux. J' ai de suite pensé à la coiffe de ROSPORDEN, mais.... Je recherche des informations sur cet objet - mulon-sur-la-saline@orange.fr - Merci d'avance .

Les Marais Salants

Les Marais  Salants
Signalisation routière

Marais Salants de GUERANDE

Marais Salants de GUERANDE
Site classé

La Paludière de Batz sur Mer

La Paludière de Batz sur Mer
Musée des Marais Salants de Batz sur Mer (Loire Atlantique)

Paludier

Paludier
des Marais Salants de GUERANDE

Visite de la Saline de PONKERNEAU

Visite de la Saline de PONKERNEAU
Observation de la cristallisation dans un oeillet.

dimanche 10 octobre 2010

S - / SYNDICAT des DIGUES =


Découvrez la playlist Bretagne traditionnelle avec Breizh
Que pour toi

Les visiteurs ont le choix entre :

1°) - cliquer sur la flèche au centre du gadget, ce qui déclenche une lecture aléatoire de tous les morceaux (la double flèche à côté permet de passer au morceau suivant) ;

2°) - cliquer en-dessous sur le nom de la "playlist", ce qui donne accès à la liste sur le site de "Deezer" ;

3°) - cliquer sur le nom d'un morceau pour avoir accès à d'autres morceaux de l'album concerné ;

 

4°) - cliquer sur le nom d'un artiste pour avoir accès aux albums disponibles pour cet artiste



     ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE
DES MARAIS SALANTS DU BASSIN DE GUERANDE

                “  SYNDICAT  DES  DIGUES  “

--- Note de présentation (Octobre 1999).

     Préambule :  

    --- Qu’est-ce que le Syndicat des Digues ( nom officiel  :  Association Syndicale
Autorisée des Marais Salants du Bassin de GUERANDE )  ?
    --- Qui travaille au Syndicat des Digues  ?
    --- Comment sont organisés les chantiers  ?
    --- En quoi consistent les heures de digues  ?
    --- Comment être informé des chantiers  ?

     I -  STATUTS ET ORGANISATION DU SYNDICATS DES DIGUES :

          a) STATUTS :  

Le Syndicat des Digues est une association des propriétaires de marais salants dont
l’objet est la réfection et l’entretien, des digues de défense contre la mer des marais salants
du bassin de Guérande.

Elle a été créée par arrêté préfectoral le 17 juillet 1901 au titre des lois du 21 juin 1865, 22 décembre 1888 et du règlement d’administration publique du 09 mars 1894.

L’arrêté préfectoral fixe les statuts de l’association et indique son objet, ses missions, son périmètre, son organisation interne, les modalités de calcul et de prélèvement des cotisations syndicales…. 

Le périmètre d’intervention de cette association ne concernait, jusqu’en 1987, que les marais salants des communes du CROISIC, de BATZ SUR MER, de LA TURBALLE et de GUERANDE alimentés par les Traicts du CROISIC. L’élargissement du périmètre à la zone drainée par l’étier du POULIGUEN ne date que de la fin des années 80.

Le Syndicat des Digues est amené à prendre des délibérations ( comparables à celles des Collectivités Locales et soumises au contrôle du Sous-Préfet de SAINT-NAZAIRE).
Le budget du Syndicat est suivi par le Percepteur de GUERANDE chargé d’effectuer les mandatements et de veiller à la bonne rentrée des recettes ( cotisations syndicales et subventions).


                 b / ORGANISATION INTERNE  :   

Le Syndicat  des Digues dispose de deux assemblées appelées à délibérer : l’ Assemblée Générale des propriétaires qui vote le montant de la cotisation syndicale et élit les Syndics de secteurs ;  le Conseil Syndical qui nomme en son sein le Directeur et le Directeur-Adjoint et qui gère les activités ( Budget, Compte Administratif, attribution des marchés aux entreprises….)


Hormis une secrétaire, le Syndicat des Digues ne dispose d’aucun salarié. Le Directeur, le Directeur-Adjoint et leurs Syndics sont tous des bénévoles élus au sein de l’Assemblée Générale des propriétaires.


Le nombre de Syndics a évolué dans le temps. Il est aujourd’hui de 17. Chacun d’entre eux à la responsabilité géographiques d’un secteur de marais salants  : il doit, sur son territoire, assurer une surveillance des travaux à réaliser, recenser les chantiers ( en étant à l’écoute des besoins identifiés par les Paludiers eux-mêmes), les organiser si nécessaire et veiller à la bonne exécution des travaux.


Chaque Syndic se doit d’être disponible sur son secteur. Une carte de la répartition géographiques des Syndics avec noms et coordonnées téléphoniques est jointe à ce document.


                c  / BUDGET  :   
                     
Le budget annuel moyen du Syndicat des Digues est de l’ordre de 1 MF. Les cotisations syndicales représentent environ 60  000F/an  ; près de 95% du budget provient donc des aides extérieures  :
                          *  subvention du Conseil Général, du Conseil Régional et de l’Europe (FEDER) pour les travaux sur la digue marine.
                           * subvention globale de l’ordre de 300 000 F à 500 000F/an du Syndicat Intercommunal de la Côte d’ Amour et de la Presqu’ île Guérandaise ( SICAPG – actuellement CAP Atlantique) pour le fonctionnement du Syndicat (y compris travaux manuels et mécaniques sur le réseau hydraulique interne) et les travaux sur la digue marine.


Le Syndicat des Digues est donc financièrement largement dépendant de structures extérieures.


    II  -  ACTIONS DU SYNDICAT DES DIGUES  :
 

Les actions du Syndicat des Digues concernent  :

         a) Les travaux d’entretien et de réfection de la digue marine -     

Elle protège les marais salants de l’envahissement par la mer au niveau du Petit Traict et du Grand Traict. Cette digue marine est recouverte d’une maçonnerie ( perré maçonné) datant de la fin du 19ème siècle.
Ces travaux exigent des moyens importants  ;  le Syndicats des Digues fait appel à un maître d’oeuvre, le Service Maritime et de la Navigation (service de l’Etat), chargé de monter les dossiers de consultations des entreprises, d’organiser la consultation des entreprises, de suivre l’exécution technique et administrative des travaux. Cette structures est rémunérée par ces services.


Les travaux sur le perré maçonné représentent environ 500 000F/an subventionnés par l’Europe (FEDER) depuis 1997 et jusqu’en 2000, le Conseil Régional, le Conseil Général et le SICAPG >CAP Atlantique (via la subvention de fonctionnement qu’il verse).


Remarques importante                                     

Les travaux réalisés par les Paludiers sur le talus en arrière du perré maçonné sont considérés comme des < heures de digues >si les dégâts proviennent d’un passage de la mer par-dessus le talus, lors d’une forte marée par exemple,…. Ils doivent donc faire l’objet d’une rémunération du Syndicat des Digues, s’ils sont validés par le Syndic du secteur.


Pour les changements de cui sur la digue marine , un forfait de deux heures est pris en compte par le Syndicat des Digues.


      b) Les travaux sur le réseau hydraulique interne  :     

Le réseau hydraulique interne ( environ 80 km ) est constitué de canaux appelés, selon leur largeur, étiers ou bondres.

Prenant naissance sur les Traicts du CROISIC et sur l’étier du POULIGUEN, ils traversent les marais salants dans le double but d’alimenter en eau de mer les vasières ainsi que d’algir les salines. Les étiers servent également d’ exutoires pour les eaux pluviales issues des
coteaux.

Les travaux du Syndicat des Digues sur le réseau hydraulique interne consistent en  :

             ¤  un curage des étiers et des bondres .  Il vise à faciliter la circulation de l’eau et à renforcer les talus de part et d’autre des canaux grâce aux vases prélevées lord du curage et déposées sur les bords. Actuellement ne nombreuses bondres sont réouvertes en raison de la
reprise d’anciennes friches.




















  Curage de la Bondre de SIGGADIO, Secteur n° 13 de Guy  Le Paludier.





                    ¤   des travaux d’entretien préventif ou de réparation des talus au contacts des étiers et bondres.  
 
Il est en effet fréquent que, soumis à l’ action des marées ou ou des tempêtes, ces talus s’effondrent partiellement – on parle de veau – ou totalement – on parle de brèches – laissant alors la marée entrer et sortir librement en détruisant les structures internes ( Contrairement à la digue marine , les talus sont quasi exclusivement constitués par la terre végétale, en l’occurrence les vases et
argiles initialement décaissées pour créer les structures existantes). 







Déviation de l’étier de SIGOMON, Secteur 13



   Etier de SIGOMON, 2 ans après les travaux, la végétation a repris ses droits.























Apport et confortement  de talus avec de l’argile.



  
      Ces deux types de travaux sont réalisés :     

             >> soit par des Paludiers ( environ 200 000 F/an). Ils sont alors prestataires de service et rémunérés par le Syndicats des Digues au niveau du SMIC. Ces travaux sont manuels. Ce sont les heures dites de “ digues”. Rappelons que les Paludiersqui ont souscrit un contrat OLAE ou CAD devront réaliser trente heures de digue indemnisées par l’OLAE ou CAD, actuellement les MAE <Mesures agro-environnementales>  mais non payées par le Syndicat des Digues. Les heures réalisées au-delà des trente heures seront normalement rémunérées par le Syndicat des Digues.

              >> soit par les entreprises spécialisées dans les travaux de terrassement où interviennent alors des engins tels que  les tractopelles, les pelles mécaniques et chargeur (environ 120 000 F/an.

Tous ces Travaux sont généralement réalisés durant l’hiver et le début de printemps. Seul le SICAPG >> CAP Atlantique subventionne ces travaux. 


   



 Brèche sur la digue marine suite à la tempête “Xynthia”, à gauche les marais salants
        à droite le traict du CROISIC par marée basse.




 Relevage veau (éboulement) et confortement du talus au moyen de piquets et
planches – Vasière de SIGOFF de ROFFIAT, Bondre de SIGOFF






Secteur N° 13, depuis Trégaté > Roffiat > D245> Le Pouliguen, D45 > Léniphen et retour
en disgonale sur Trégaté – Commune de  BATZ sur MER 44740.


Travaux des Diques nécessitant l'emploi de moyens spécifiques :


L'absence de terre (argile) à proximité d'un talus à traiter sur la digue marine du Traic  CROISIC demande l'emploi notamment d'une barge motorisée pour son transport (propriété de l' A.S.A).

Dans le cas présent, le prélèvement de l'argile s'effectue sur les boles de SIARMEL, en vue de procéder au renforcement du talus de la vasière de la Graviote située en rive de la bondre de la Graviote, se trouvant à quelques centaines de mètres.

Les Paludiers (ières) effectuant ce chantier doivent tenir compte de la marée pour assurer l'approche de la barge sur le lieu de prélèvement, le chargement et son déplacement vers l' endroit à conforter.

Cette équipe dynamique et compétente assure de nombreux chantiers sur le site pour le compte de l' A.S.A des Marais Salants du bassin de GUERANDE. Elle merite toutes nos félicitations pour son dévouement.

Le reportage photographique développé ci-desous présente le déroulement de l'action menée par cette équipe de Paludiers (ières) de la Presqu'Ile Guérandaises.







































































T O U R N E E des D I G U E S 2011


Comme chaque année, l’ A .S . A des Marais Salants du Bassin de GUERANDE ( Syndicat des Digues ) organisait une visite de la digue marine dite «  Tournée des Digues « , située sur les traicts – grand et petit – dans la rade du CROISIC ( Loire Atlantique ).

Cette opération programmée pour le lundi 21 mars 2011, avait pour but de faire un diagnostique de l’état général de la digue marine située à l’Ouest des Marais Salants et dont la longueur serait d’ environ 24 Km. Seule la façade – perré en contact direct avec l’Océan faisait l’objet d’un état des lieux afin de déterminer sa capacité de résistance aux assauts des flux des marées conjugué avec des tempêtes.

Le renfort du perré positionné du côté des Marais Salants et constitué par de l’argile, n’a pas été négligé.

Il ressort que la digue marine est bâtie de la façon suivante :

                           a) Un perré face à la mer ;
                           b) Un talus d’argile en renfort du côté des marais salant.

Cette organisation était composée d ’ élus (es) des Collectivités Locales, de la Communauté d’agglomération, Départementales et Régionales – des Services de l’ Etat : Affaires Maritimes, Environnement et NATURA 2000 – CAP Atlantique : Direction de l’ Environnement – des chasseurs - des Paludiers : Le Directeur  de l’A.S.A et des Syndics.

Le relevé des constatations était effectué par les fonctionnaires des Affaires Maritimes, en utilisant des moyens topographiques, photographiques et repérages par G.P.S.

Le départ était donné, en début de matinée, au niveau de Pen-Bron, sur le territoire de la commune de La Turballe ( Loire Atlantique), au Nord-Ouest.

Une pause méridienne champêtre était prévue à SISSABLE, à la moitié du parcours.

L’arrivée de la tournée devait s’achever à l’entrée Sud de la Ville du CROISIC ( Loire Atlantique ), en fin de journée.

Au cours de la tournée, de nombreux Syndics de secteur sur la digue intégraient, au fur et à mesure, le groupe afin de soumettre leurs doléances et signaler les faiblesses nécessitant une intervention programmée.

Il est à noter que les conséquences de la tempête «  XYNTHIA «, du 28 février 2010, ont permis de retenir de nombreuses leçons pour l’avenir.

Les Pouvoirs Publics se sont engagés à rénover et à reconstruire les digues en général, leurs mises en œuvre semblent néanmoins accuser un certain retard ou plutôt un retard certain.

La digue marine de la Presqu’île Guérandaise ne va-te-elle pas faire l’objet d’un oubli dans l’ensemble de ces mesures.

Est-il nécessaire de rappeler que ce site naturel créer par l’ homme – les paludiers – a été reconnu pour sa biodiversité, en faisant ainsi un milieu protégé et à défendre.

Dans cette affaire l’appui des élus (es) locaux revêt un intérêt particulier, non seulement pour la Région, Le Département, la Communauté d’ Agglomération – CAP Atlantique –les communes environnantes , mais surtout pour la faune et la flore, les touristes , les personnes qui y vivent et les Paludiers respectueux de la nature en général.


clip_image002 clip_image004
Un champ de fleurs des marais                 Une avocette et ses poussins


Afin d’assurer la récolte 2010 et les autres, après les dégâts de la tempête «  XYNTHIA « , plus de quarante (40) brèches sur la digue et les circuits hydrauliques internes, ont été colmatées par des enrochements et de l’argile.



clip_image006

                                Brèche sur la vasière de la Tranche, vue du Traict.



clip_image008clip_image010
           Camion chenillard                                  Pelleteuse amphibie


Des kilomètres de talus ont été confortés par de l’argile, quelquefois, renforcés avec des piquets et planches.


clip_image012clip_image014


Ces travaux ont été réalisés dans les délais convenables, par le Conseil Général de Loire Atlantique, CAP Atlantique, les Collectivités Locales notamment les Services Techniques de la Mairie de GUERANDE, les Professionnels de la mer – les conchyliculteurs – et les paludiers.

La réception de ces travaux a fait l’objet d’une inspection qui a eu lieu dans le courant du 4ème
trimestre 2010.


 clip_image016





Cependant, il ne faut pas perdre de vue qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour la reconstruction du perré sur la digue et les circuits hydrauliques, sans oublier la remise en état de nombreuses Salines et Vasières.

Cette marche de constatations de l’état de la digue marine protégeant les Marais Salants de la Presqu’ île Guérandaise, s’est très bien passée, dans une bonne ambiance, chacun a pu s’exprimer et apporter son avis dans le domaine qui le concernait. Aucun incident ou accident particulier n’est à signaler, sinon quelques ampoules aux talents.

Le reportage photographique qui suit illustre le déroulement de cette journée qui a permis de faire de nombreuses découvertes. (47 photos).
                                                                                  Guy CONSTANT , Syndic du Secteur n° 13.










































































































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire